logo Epudf

Paroisse Protestante
de Montbéliard

Temple Saint Martin

rose de Luther
Vie spirituelle Prédications   24 févrmbre 2008     

sommaire
18 rue Viette
25200 Montbéliard
tel 03 81 91 03 69
pasteur@temple-saint-martin.org
 Pour imprimer imprimer

VEILLEE DE NOEL 2006 :

Dieu attend TA naissance

Officiants : Pasteure Annette Goll, Francis Bouclet, Jean-Louis Liebe
Prélude à l’orgue (Alain Farine)

Sommaire

1. Qu’es-tu venu chercher ?
2. Le décor est en place
3. Le temps est venu 

4. Evangile de Luc 2, 1-14
5. Lettre à l’enfant Jésus
6. Et toi, petit enfant
7. C’est notre naissance qui est attendue !
8. Credo de Noël
9. Prière

1. Qu’es-tu venu chercher ?

Mon ami
Ce que tu es venu chercher ici ce soir, je ne le sais pas
Es-tu venu chercher un temps de pause dans la course de décembre, peut-être
Es-tu venu voir ce temple qui te rappelle des événements de ta vie passée, peut-être
Es-tu venu parce que cette nuit c’est Noël, et à Noël on cherche plus loin, plus haut, que d’habitude, peut-être
Es-tu venu pour faire plaisir à des proches, peut-être
Es-tu venu par nostalgie, peut-être
Es-tu venu car tu attends quelque chose qui n’arrive pas, peut-être
Es-tu venu pour porter devant Dieu ta prière, celle qui ne te quitte pas ces derniers temps, peut-être
Es-tu venu parce que… au fond tu ne sais pas très bien pourquoi, c’est difficile à dire…
Es-tu venu parce que tu viens les autres dimanches, et aujourd’hui raison de plus, peut-être

Qui que tu sois, et quelle que soit la raison pour laquelle tu es venu, tu es ici le bienvenu, la bienvenue…
Non pas parce que, pauvre de moi, je vais pouvoir répondre à toutes ces attentes, et trouver les mots et les réponses …
C’est un autre qui te reçoit.
Il répond toujours quand on l’appelle, quand on l’invite
C’est aussi lui qui t’invite ici :
Il a décidé de naître, tout petit
Pour que toi, tu l’abordes comme on aborde un petit : avec simplicité, avec bonne humeur, sans agressivité, avec joie et surtout : sans détours, sans salamalèques, directement
Ici pose tes valises
Tu es accueilli tout entier
Avec tes questions, tes doutes, tes hésitations
Tes succès, tes projets, tes rêves

Dieu naît :
Ciel sur terre
Haut en bas
Non pas la tête dans les nuages
Mais les pieds sur terre
Dieu naît :

Et à Noël, il attend TA naissance !

CANTIQUE 1 : 359, 1-3 O peuple fidèle… venez triomphants joyeux, venez en ces lieux

2. Le décor est en place

En l'an 1986 … une idée a germée en Autriche … plus précisément à la Radio autrichienne (ORF) …
L'idée qu'une lumière … venant de Bethléem … pouvait devenir l'ambassadeur de la Paix … … voyageant dans tous les pays …pour annoncer la naissance de Jésus …
La lumière étant le symbole de Noël par excellence …
L'allumage et la transmission (la diffusion) de la lumière de la Paix …doit rappeler l'annonce de Noël … et la mission …de réaliser la paix entre les hommes.
Depuis 1986, la lumière de la paix est allumée chaque année dans les semaines avant Noël, par un enfant autrichien, dans la grotte de la Nativité de Jésus.
Depuis Bethléem … la lumière voyage en avion jusqu'à Vienne.
Pendant la 3e semaine de l'Avent, elle est acheminée par train dans la plupart des pays européens … où elle est partagée entre 'les hommes de bonne volonté'
La lumière de Bethléem n'est pas un signe magique, qui peut fairevenir la paix …
Elle doit plutôt rappeler aux hommes … la mission de s'investir pourla paix dans le monde.
La lumière de Bethléem est un signe d'espérance …
D'une petite flamme à ses débuts … elle est devenue un océan de lumière … qui éclaire de son message des millions d'hommes …
C’est cette flamme que les Eclaireurs et louveteaux nous ont apportée dimanche dernier lors de l’Arbre de Noël. Flamme qui s’est propagée dans toute l’assistance… C’est cette petite flamme obstinée que nous avons rallumée pour notre veillée de ce soir, et qui campe le décor : la lumière venue dans l’obscurité !

3. Le temps est venu 

la balade va commencer
Suivez le guide !

Retrouver le plaisir de la marche. Mettre ses pas derrière l’évangéliste Luc et se laisser guider, pour la première ou la centième fois ?
Le parcours résonne du chant des anges. Les noms des voyageurs disent les points cardinaux.
L’Ouest, Rome et César Auguste,
L’Est, la Syrie Palestine, Quirinius en est le gouverneur.
Le Nord, Nazareth, la ville de Joseph
Et le Sud, Bethléem, maison du pain où Marie enfanta.
Nord, Sud, Ouest, Est, toute la terre habitée, l’oikoumêné.

Faire halte le temps de ressentir la communion de l’Eglise universelle
Celle du Nord et de l’Ouest, du Sud et de l’Est :
La route qui s’inaugure un jour dans une mangeoire
N’en finit pas d’inspirer les pinceaux et les tams-tams,
Les orgues et les fusains,
Les danses et les chants.
Tournés vers tous les horizons, les chemins arc-en-ciel voient marcher les bergers et les mages, Marie, Joseph et le petit enfant.

S’arrêter et relire à nouveau le texte familier.
Et puis sortir.
Le monde entier vient frapper à la porte.

Eric Trocmé, Mission, n° 88/1998

CANTIQUE 2 : 364, 1-4 Sur tous les peuples dans la nuit… voici la lumière aujourd’hui

4. Evangile de Luc 2, 1-14

2 1 En ce temps-là, l'empereur Auguste * donna l'ordre de recenser tous les habitants de l'empire romain. 2 Ce recensement, le premier, eut lieu alors que Quirinius était gouverneur de la province de Syrie. 3 Tout le monde allait se faire enregistrer, chacun dans sa ville d'origine. 4 Joseph lui aussi partit de Nazareth, un bourg de Galilée, pour se rendre en Judée, à Bethléem, où est né le roi David ; en effet, il était lui-même un descendant de David. 5 Il alla s'y faire enregistrer avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte. 6 Pendant qu'ils étaient à Bethléem, le jour de la naissance arriva. 7 Elle mit au monde un fils, son premier-né. Elle l'enveloppa de langes et le coucha dans une crèche, parce qu'il n'y avait pas de place pour eux dans l'abri destiné aux voyageurs.

* Auguste fut empereur à Rome de 29 avant J.-C. à 14 après J.-C.
8 Dans cette même région, il y avait des bergers qui passaient la nuit dans les champs pour garder leur troupeau. 9 Un ange du Seigneur leur apparut et la gloire du Seigneur les entoura de lumière. Ils eurent alors très peur. 10 Mais l'ange leur dit :
« N'ayez pas peur, car je vous apporte une bonne nouvelle qui réjouira beaucoup tout le peuple : 11 cette nuit, dans la ville de David, est né, pour vous, un Sauveur ; c'est le Christ, le Seigneur. 12 Et voici le signe qui vous le fera reconnaître : vous trouverez un petit enfant enveloppé de langes et couché dans une crèche. »
13 Tout à coup, il y eut avec l'ange une troupe nombreuse d'anges du ciel, qui louaient Dieu en disant :
14 « Gloire à Dieu dans les cieux très hauts,
et paix sur la terre pour ceux qu'il aime  ! »
15 Lorsque les anges les eurent quittés pour retourner au ciel, les bergers se dirent les uns aux autres : « Allons donc jusqu'à Bethléem : il faut que nous voyions ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître. »
16 Ils se dépêchèrent d'y aller et ils trouvèrent Marie et Joseph, et le petit enfant couché dans la crèche. 17 Quand ils le virent, ils racontèrent ce que l'ange leur avait dit au sujet de ce petit enfant. 18 Tous ceux qui entendirent les bergers furent étonnés * de ce qu'ils leur disaient. 19 Quant à Marie, elle gardait tout cela dans sa mémoire et y réfléchissait profondément. 20 Puis les bergers prirent le chemin du retour. Ils célébraient la grandeur de Dieu et le louaient pour tout ce qu'ils avaient entendu et vu, car tout s'était passé comme l'ange le leur avait annoncé.
* furent étonnés : autre traduction furent émerveillés.
CANTIQUE 3 : 378, 1-6 L’enfant est né à Bethléem, Mélodie du Moyen-Age « puer natus in Bethleem »

5. Lettre à l’enfant Jésus

Cher Enfant Jésus,

maintenant qu’à nouveau tu vas naître sur la Terre, je veux t’avertir :

Ne renais dans la chrétienne Europe, on te placerait tout seul devant la télé, on te gorgerait de pop corn et de goûters, on t’éduquerait à être compétitif homme de pouvoir et de succès à être un loup pour d’autres enfants surtout africains, latino-américains ou asiatiques,
Toi qui es le doux Agneau de service.

Ne renais pas dans la chrétienne Amérique du Nord :
On t’apprendrait que tu es supérieur aux autres enfants, que le temps c’est de l’argent que tout peut être réduit à « business », même la nature, on te dirait que tout homme a un prix et que quiconque peut être acheté et corrompu, on t’exercerait à tirer des missiles et à imposer des embargos qui privent d’autres enfants de nourriture et de médicaments.
Toi qui es le Prince de la paix.

Evite l’Afrique.
Il pourrait t’arriver d’attraper le sida ou, encore bébé, de mourir de diarrhée ou de te retrouver réfugié dans un pays qui n’est pas le tien pour fuir de nouveaux massacres d’innocents ou de devenir un enfant-soldat.
Toi qui es le Seigneur de la vie.

Evite l’Amérique latine
Tu te retrouverais « enfant de la rue » ou l’on t’exploiterait pour couper la canne à sucre ou récolter café et cacao pour les enfants du Nord du monde sans jamais pouvoir manger une seule tablette de chocolat 
Toi qui es le Seigneur de la création.

Evite aussi l’Asie.
Tu deviendrais l’esclave d’un maître qui te ferait travailler quatorze heures par jour pour confectionner des tapis ou des souliers ou des ballons ou des jouets à offrir en cadeau… à Noël… aux enfants du Nord du monde
Et toi tu marcherais pieds nus et tu jouerais avec des ballons en papier ou en chiffons
Heureux d’échapper à ceux qui prendraient ton corps pour des transplantations d’organes ou pour le tourisme sexuel des riches de l’Occident
Toi qui es le maître du monde

Inutile de naître en Océanie tu passerais ta vie enfermé dans une île inconnu et méprisé, ou utilisé pour des danses folkloriques au profit de quelque touriste.
Il te pourrait aussi arriver de languir et mourir des radiations des essais nucléaires de quelque grande puissance ou victime des affrontements des différents fanatismes religieux.
Toi qui connais tout, jusqu’au cœur de l’homme, Toi le Frère universel.

Mais surtout ne va pas naître à nouveau en Palestine. 
On mettrait en tes mains un fusil et une pierre
Et on t’apprendrait à haïr tes frères… qui un même Père : les juifs, les musulmans, les chrétiens
Toi qui chaque année, es envoyé par le Père pour nous donner son amour miséricordieux.

Cher Enfant, à bien y penser, tu devrais renaître dans tous ces lieux. mais pas dans le cœur des enfants et des pays « petits et faibles » :
là tu y es déjà.

Mais plutôt renais dans le cœur des grands et des pays « puissants » comme Toi tu a fait – Dieu puissant devenu enfant faible et impuissant – qu’ils renaissent eux aussi petits, innocents et enfin… faibles, capables de tout partager avec leurs frères du monde entier.

Missionnaire combonien, DEFAP
« Une bonne nouvelle, ça se partage »

CANTIQUE 4 : 177, 1-3 Cantique de Zacharie …
Dieu, touché de nos cris et de notre misère, dans sa fidélité s’est montré notre père
Mélodie du 16ème siècle, harmonisation d’après Claude Goudimel

6. Et toi, petit enfant

Petit enfant
Qui voit le jour
A ce moment
Tu viens chercher
Un peu d’amour
Tu vas trouver
Bien des tourments.
Petit enfant
Qui vient au jour
Dans la mousson
Déjà prêt pour
Le ventre rond
Tu viens quêter
Un peu d’espoir
Sur un trottoir
Tu viens t’asseoir
Abandonné
Surexploité
Tu viens quêter
Un avenir
Qu’on ne veut te donner…
Petit enfant
Fils du désert

Ou fils du vent
Enfant d’errants
Tu viens courir
Après la vie
Tu as le temps
Mais jusqu’à quand

Tu viens chercher
De quoi rêver
De quoi chanter
Un peu l’espoir
Et un beau soir
Lever le camp…
Petit enfant
D’ici et de maintenant
Jouet qu’on offre
Au lit d’argent
Tu bois ton lait
Entre le coffre
Et la télé
Tu viens nourrir
Ton corps de blanc.
Tu seras grand
Tu viens gérer
Tu viens compter

Et investir
Et puis souffrir
Et puis mourir
Sans savoir quand
Ni pourquoi ni comment…
Et toi, petit enfant
Le premier né
Du jour premier
De notre temps
Déjà tu vois
L’ombre du glaive

Qui se lève
Sur les innocents
Déjà tu vois
Les portes fermées
Devant toi
La foule excitée
Contre toi
Et jusqu’au bois de la croix
Et pourtant
Tu entends
Le ciel qui chante
Un instant
Pour la guerre en attente
D’accouchement.
Dans ton regard
On lit déjà
La peur et l’espoir
De tous les petits
On voit aussi
L’éclat
D’un soleil infini
Et dans nos regards
Vides et noirs
Et dans nos tombeaux
Tu viens t’inviter
Tu viens allumer
Ce flambeau
D’éternité.

René Mougeolle



7. C’est notre naissance qui est attendue !

Je me pose tout de même une question, Francis !
Ah oui ? Laquelle, Annette ?
Je me demande… comme est-ce que je pourrais expliquer ça ?
Je me demande si nous ne nous trompons pas de naissance…?
… qu’est-ce que tu veux dire par là ?
Je me demande aussi où est la sage femme dans tout ça !
Dans une étable tu sais, ce n’est pas étonnant, les sages femmes ne courent pas les étables !
Non mais ça devrait quand même nous mettre la puce à l’oreille : cette absence est une bizarrerie, car même à l’époque, à l’époque surtout, une primo parturiente, jeune femme qui accouche pour la première fois, aurait été accompagnée par une sage femme du voisinage, même à l’étable. Il y avait tellement de décès aux accouchements…
Alors quelle est la puce à ton oreille ?
Eh bien je crois qui si la place de la sage femme est vide dans le récit de la Nativité, c’est parce que cette place nous revient !
C’est qui, nous ?
Ben nous tous ! Nous tous ici !
Bon alors cette fois tu nous transformes tous en sages femmes ?? ou en sages hommes ? (il y a 300 messieurs en France qui exercent cette belle profession !)
Oh je sais que ça ne se fait pas d’un coup de baguette magique. Mais c’est la direction à suivre. As-tu remarqué que tout le monde change de rôle dans l’histoire de Noël ? Les bergers deviennent des anges, oui des messagers, puisqu’ils courent partout pour annoncer la nouvelle de la naissance. Les mages deviennent comme des bergers, eux qui avaient toujours le nez en l’air à scruter le ciel finissent au fin fond de la campagne dans une étable, nez contre … terre !
Et Joseph qui n’est pas encore un époux accepte de devenir un père, tout comme Marie… Le monde à l’envers… Noël ne ressemblerait-il pas un peu à carnaval ?
Et pour finir le monde à l’envers, Dieu devient un homme ! Un très petit homme même, un bébé…
Et nous dans tout ça ?
Ce bébé au nom programmatique d’Emmanuel, « Dieu avec nous », il faut bien que nous l’accueillions aussi, s’il doit être véritablement avec nous. Faire accoucher Marie aujourd’hui, c’est aider à la naissance de l’Emmanuel dans le monde actuel.

Dans notre cœur, comme dans le monde environnant…
Je vois ce que tu veux dire. Et je vois aussi que la naissance du Christ, c’était une fois pour toutes il y a 2000 ans… mais si nous fêtons Noël aujourd’hui, c’est que Dieu attend NOTRE NAISSANCE !

8. Credo de Noël

Entrecoupé du cantique  : 165, 1-3 Rendez grâce au Seigneur car il est bon : air africain douala

PÈRE,

toi qui fais jaillir la lumière des ténèbres,
toi qui nous envoies ton Fils

pour nous tirer de la nuit,
NOUS CROYONS EN TOI !
165, 1

JÉSUS,

toi, l’enfant pauvre de Bethléem,
toi que Joseph et Marie ont entouré de tendresse,
toi que les bergers et les mages ont adoré,
toi dont Hérode a eu peur,
NOUS CROYONS EN TOI !

165, 2

JÉSUS,

toi, l’enfant qui a grandi,
toi qui as semé l’amour sur les routes de Palestine,
toi, notre Sauveur qui guéris et pardonnes,
NOUS CROYONS EN TOI !

165, 3

JÉSUS,

toi que l’amour conduira à la mort,
toi qui ressusciteras au matin de Pâques,
toi, le vivant au milieu de nous,
toi, l’Emmanuel, “Dieu avec nous”,
NOUS CROYONS EN TOI !

165, 1

ESPRIT SAINT,

toi, la lumière qui nous révèles Jésus,
toi, le souffle qui nous rassembles
comme membres d’une même famille,
NOUS CROYONS EN TOI !

165, 2

ESPRIT SAINT,

toi qui fais chanter l’Eglise en ce Noël,
toi qui nous mènes vers la joie éternelle,
NOUS CROYONS EN TOI !

165, 3

t Autre traduction, d'après certains manuscrits, paix sur la terre, bienveillance pour les hommes.


9. Prière

Moi je trouve cela incroyable, mon Dieu
Que tu aies voulu venir habiter avec nous, d’accord 
Mais que tu aies choisi une époque si difficile,
Sans électricité, sans portable, sans télé…
Et puis que tu aies choisi encore de naître pauvre,
Presque le plus pauvre du monde
Pour que personne ne puisse dire :
Je suis trop minable pour que Dieu vienne chez moi….
Que tu sois venu nous dire en personne
Que nous comptons tous à tes yeux
Et que l’amour est une force plus grande que tout
Oui, je t’admire, et je suis fier qu’on en fasse une fête
Une très grande fête, pas seulement pour nous, les chrétiens.
mais aussi pour tous ceux qui pensent
Que la paix et l’amour ont une chance.


Envoi
Bénédiction

CANTIQUE 6 str. 1-3 Il est né le divin enfant



Haut de page

Saint-Martin