logo Epudf

Paroisse Protestante
de Montbéliard

Temple Saint Martin

rose de Luther
Vie spirituelle   Prédications Textes divers  Le roi et la petite fleur Bien-Aise  

sommaire

Pour imprimer pdf

Le roi et la petite fleur Bien-Aise

Il y avait un roi amoureux des fleurs, des plantes et des arbres qu’il avait planté dans un jardin magnifique. Il prenait soin lui-même de son jardin. Il aimait, le soir, se promener dans les allées et se laisser ravir par la beauté des couleurs et la variété des parfums.
Un jour, il dut partir pour un long voyage. A son retour, quelle ne fut pas sa surprise de constater que beaucoup de ses plantes et de ses arbres étaient en train de mourir ! Le pin avait perdu presque toutes ses aiguilles. Le roi lui demanda ce qui était arrivé.
Le pin répondit : « J’ai regardé la vigne plantée tout près de moi et j’ai remarqué les magnifiques raisins qu’elle produisait pour faire le vin. Je suis devenu bien triste de ne pas pouvoir en faire autant. Alors je me suis mis à dépérir en me disant : je suis tellement inutile qu’il vaut mieux cesser de vivre ! »
Le roi se tourna vers sa vigne et vit qu’elle était aussi en train de mourir. Il l’interrogea sur son malaise. Pendant des jours, lui dit-elle, j’ai admiré le rosier et respiré le parfum subtil de ses fleurs. Je me suis désolée à la pensée que jamais je ne pourrais produire une fleur aussi magnifique et un parfum aussi raffiné. Désespérée, j’ai commencé à ne plus me nourrir.
Le roi continua l’exploration de son jardin. Il trouva, à sa grande surprise, une petite fleur bleue, toute rayonnante et pleine de vie, qui se nommait Bien-Aise. Quel ne fut pas son bonheur de trouver enfin une plante en plein épanouissement dans son jardin.
Il lui dit alors : « Comment se fait-il que tu sois si belle, alors qu’autour de toi les plantes dépérissent ? »
Et elle de répondre : « Pendant un certain temps, je me suis désolée de constater que jamais je ne serai aussi grande que le pin avec ses magnifiques aiguilles, que jamais je ne répandrais le parfum de la rose. A me comparer ainsi aux autres, je suis devenue déprimée au point de vouloir me laisser mourir. Mais je me suis rappelée que c’est toi, ô roi magnifique, qui avais choisi de me planter ici. Alors je me suis fait la réflexion suivante : je suis donc si importante à ses yeux qu’il m’ait choisie parmi tant d’autres. C’est alors que j’ai pris la décision de vivre et de devenir aussi belle que possible. »


Haut de page

Saint-Martin

Église Évangélique Luthérienne Paroisse de Montbéliard 18 rue Viette 25200 Montbéliard tel 03 81 91 03 69